Accueil > Actualités photovoltaïques > Les modules photovoltaïques vieillissent mieux que prévu.

Les modules photovoltaïques vieillissent mieux que prévu.

Les modules de la première installation photovoltaïque raccordée au réseau français, mise en service en 1992 par l’association Hespul, viennent d’être testés par le laboratoire du CEA-INES. Le verdict ?
Ils n’ont perdu qu’un peu plus de 8 % de leur puissance initiale, déjouant les prévisions des fabricants qui tablaient sur une perte de 15 ou 20 % sur 20 ans. Détails.

Les principaux fabricants de modules photovoltaïques garantissent aujourd’hui leurs produits pour une perte de puissance maximale d’environ 20 % sur 20 ou 25 ans. Une étude, réalisée par l’Institut National de l’Energie Solaire (CEA-INES) et l’organisme de certification Certisolis (créé par le LNE), démontre que les performances de vieux modules sont bien supérieures à ces valeurs : les modules de la première installation photovoltaïque de France, installée à Lhuis (Ain) en 1992, ont été démontés et testés en laboratoire, où une perte de puissance de 8,3 % a été mesurée.

« Il s’agit de 14 modules Kyocera LA 441 K 63, d’une Pmax unitaire de 62,7 Watts, d’une surface de 0,5 m² et d’un poids de 7,3 kilogrammes », expose Mélodie de l’Epine, chargée de mission Photovoltaïque chez Hespul, l’association maître d’ouvrage de cette première installation.
« L’installation de toiture en surimposition, inclinée à 30° et exposée plein Sud, a été faite par la société suisse Sun-Bio qui a fourni tout le matériel : modules, onduleur Flachglass, etc. L’ensemble, d’une puissance de presque 0,9 kWc, a fonctionné pendant dix ans puis l’onduleur initial a été remplacé ce qui a entraîné la nécessité d’un recâblage. Puis il a encore été exploité pendant 10 ans ».

Une étude parmi d’autres
Afin d’étudier le vieillissement des modules et d’en estimer la performance actuelle, le fabricant japonais Kyocera a été associé à l’étude. Il a fourni les caractéristiques initiales des modules ainsi qu’une cellule de référence afin de procéder à un étalonnage des appareils de mesure à l’identique de ce qui était utilisé à l’époque.
Compte tenu de la taille de l’échantillon (14 modules), l’étude n’est pas significative à elle seule, mais elle corrobore d’autres travaux réalisés à l’étranger sur des installations photovoltaïques vingtenaires ou trentenaires situées à la frontière italo-suisse ou en Scandinavie. De bon augure pour les performances des centrales solaires mises en service depuis 20 ans qui devraient voir leurs capacités maintenues sur de longues durées.

D’autres études sont actuellement en cours afin de suivre – en continu – la dégradation des modules photovoltaïques.

Accueil | Plan du site | Espace privé | Le Principe (photo-Voltaique)| Infos Légales | Contact

Copyright © Etude et installatio 2008 - 2017 | Réalisation Pro Service Office - Charente (16)